Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’empreinte d’Yzo sur St-Cirgues-en-Montagne et sa cité scolaire

Publié le par mairie de Jaujac

L’empreinte d’Yzo sur St-Cirgues-en-Montagne et sa cité scolaire

Le 17 novembre 2014, la nouvelle cité scolaire de St-Cirgues-en-Montagne (un bâtiment exposé plein sud, à ossature bois et isolation en bottes de paille, labélisé Haute Qualité Environnementale), regroupant un collège et une école primaire, était inaugurée en présence de nombreuses personnalités, dont la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

Presque un an plus tard, et alors qu’écoliers et collégiens se sont approprié le site, une nouvelle inauguration s’est déroulée ce jeudi 17 septembre 2015, celle des œuvres d’Yzo, réalisées dans le cadre du 1% artistique de la cité scolaire de St-Cirgues-en-Montagne.

Yzo, artiste jaujacquoise, a répondu à l’appel à candidature lancé par le Département de l’Ardèche et son projet baptisé Empreinte a été retenu par le comité artistique de sélection.

Empreinte, l’œuvre d’une artiste engagée

Yzo a construit son projet artistique autour du rapport entre l’homme et son environnement, les marques que l’Humain laisse et celles dont il est imprégné, de par cet environnement. Le thème de l’empreinte s’est donc imposé, l’empreinte comme trace d’un présent qui deviendra passé dans le futur …

L’idée d’empreinte entrait parfaitement en résonance avec cette cité scolaire, les bâtiments tout d’abord, construits avec la volonté de limiter leur empreinte écologique et le lieu en lui-même qui accompagnera et marquera les élèves l’ayant fréquenté (pour certains une douzaine d’années, de la maternelle à la 3ième), tout autant que ces enfants laisseront sans doute une trace personnelle sur le lieu.

L’artiste a aussi souhaité ouvrir son projet sur le village de St-Cirgues-en-Montagne, un projet qui répondait à une commande publique, à travers un dispositif (le 1% artistique) ayant pour vocation de sensibiliser le public à l’art contemporain.

C’est pourquoi l’œuvre se présente sous la forme d’un parcours allant du village à la cité scolaire, jalonné de sculptures façonnées dans le métal, le matériau par lequel Yzo aime s’exprimer. Toutes les sculptures reprennent le motif de l’empreinte digitale, symbole de l’humanité, mais sont toutes différentes, elles invitent à la « réflexion sur l’empreinte que laisse chacun d’entre nous : volontaire ou accidentelle, fortuite, inconsciente, matérielle ou affective, indiciaire, discrète ou profonde, éphémère ou durable, permanente, visible ou invisible... ».

Outre les cinq sculptures qui marquent désormais ce territoire du plateau ardéchois, le projet d’Yzo incluait une participation des élèves et des habitants pour que cette œuvre devienne fédératrice et que tous se l’approprient un peu.

Ainsi tous les élèves de la cité scolaire ont travaillé autour du thème de l’empreinte, créant eux-aussi leurs œuvres, exposées dans l’atrium du collège, avec l’idée que chaque année l’expérience soit renouvelée.

Une opération de mail-art a aussi été programmée. Une carte postale a été envoyée à divers destinataires les invitant à retourner par e-mail une photo accompagnée d’un texte pour répondre au sujet suivant : "Montrez comment vous avez marqué votre empreinte sur le territoire de St-Cirgues-en-Montagne." Les photographies reçues sont également accrochées dans l’atrium.

Enfin, une vidéo réalisée par Cédric Havenith met en scène, sur fond de paysages et de gestes d’Yzo à la forge, les habitants du territoire, qui parlent de leur attachement au pays, de l’empreinte que celui-ci a laissée sur eux et inversement des marques qu’ils pensent y avoir laissées.

L’inauguration

Yzo était bien entendu au cœur de cette inauguration, et après les interventions des personnalités présentes, elle a parlé de son projet, expliqué sa démarche, sa vision du rôle de l’artiste dans la société, et a accompagné les participants sur le parcours des sculptures. Chaque installation était commentée par l’artiste qui donnait quelques pistes de réflexion sur la symbolique de l’œuvre…

Pour en savoir plus

Un site est consacré au projet Empreinte : http://empreinteyzo.wix.com/stcirguesenmontagne

Un autre à l’artiste : www.yzo-forgeronne.com

Le banc, première sculpture du parcours, sur la place de St-Cirgues-en-Montagne:la forme géométrique pure du banc symbolise la création humaine en opposition avec les formes organiques du vivant naturel
Le banc, première sculpture du parcours, sur la place de St-Cirgues-en-Montagne:la forme géométrique pure du banc symbolise la création humaine en opposition avec les formes organiques du vivant naturel
Le banc, première sculpture du parcours, sur la place de St-Cirgues-en-Montagne:la forme géométrique pure du banc symbolise la création humaine en opposition avec les formes organiques du vivant naturel

Le banc, première sculpture du parcours, sur la place de St-Cirgues-en-Montagne:la forme géométrique pure du banc symbolise la création humaine en opposition avec les formes organiques du vivant naturel

2ième  sculpture : les éléments de l’installation évoquent les quantités phénoménales de déchets dont l’humain couvre la planète
2ième  sculpture : les éléments de l’installation évoquent les quantités phénoménales de déchets dont l’humain couvre la planète

2ième sculpture : les éléments de l’installation évoquent les quantités phénoménales de déchets dont l’humain couvre la planète

3ième sculpture : une empreinte en volume, comme découpée, arrachée à la tôle support pour rappeler que l’Homme malgré sa toute-puissance peut être anéanti par la force de la Nature
3ième sculpture : une empreinte en volume, comme découpée, arrachée à la tôle support pour rappeler que l’Homme malgré sa toute-puissance peut être anéanti par la force de la Nature
3ième sculpture : une empreinte en volume, comme découpée, arrachée à la tôle support pour rappeler que l’Homme malgré sa toute-puissance peut être anéanti par la force de la Nature
3ième sculpture : une empreinte en volume, comme découpée, arrachée à la tôle support pour rappeler que l’Homme malgré sa toute-puissance peut être anéanti par la force de la Nature

3ième sculpture : une empreinte en volume, comme découpée, arrachée à la tôle support pour rappeler que l’Homme malgré sa toute-puissance peut être anéanti par la force de la Nature

4ième sculpture : une sculpture totem, à l’entrée de la cité scolaire tel un emblème qui rappelle qu’ici se prépare l’avenir, des enfants vont devenir des adolescents, puis des adultes dont l’empreinte aura aussi son importance
4ième sculpture : une sculpture totem, à l’entrée de la cité scolaire tel un emblème qui rappelle qu’ici se prépare l’avenir, des enfants vont devenir des adolescents, puis des adultes dont l’empreinte aura aussi son importance
4ième sculpture : une sculpture totem, à l’entrée de la cité scolaire tel un emblème qui rappelle qu’ici se prépare l’avenir, des enfants vont devenir des adolescents, puis des adultes dont l’empreinte aura aussi son importance
4ième sculpture : une sculpture totem, à l’entrée de la cité scolaire tel un emblème qui rappelle qu’ici se prépare l’avenir, des enfants vont devenir des adolescents, puis des adultes dont l’empreinte aura aussi son importance
4ième sculpture : une sculpture totem, à l’entrée de la cité scolaire tel un emblème qui rappelle qu’ici se prépare l’avenir, des enfants vont devenir des adolescents, puis des adultes dont l’empreinte aura aussi son importance
4ième sculpture : une sculpture totem, à l’entrée de la cité scolaire tel un emblème qui rappelle qu’ici se prépare l’avenir, des enfants vont devenir des adolescents, puis des adultes dont l’empreinte aura aussi son importance

4ième sculpture : une sculpture totem, à l’entrée de la cité scolaire tel un emblème qui rappelle qu’ici se prépare l’avenir, des enfants vont devenir des adolescents, puis des adultes dont l’empreinte aura aussi son importance

5ième sculpture : Dans la cour du collège, Une multitude de petites empreintes s’inscrit en nuée sur la partie du mur élevée en garde-corps. Découpées dans le métal, certaines sont fixées sur le mur, d’autres s’en détachent comme un envol de papillons. A travers les autres sculptures du parcours, l’empreinte était considérée dans son acceptation collective, l’empreinte de l’humanité. Ici, on revient au singulier, mais un singulier pluriel. Les empreintes sont multiples et innombrables, parce que l’humanité est faite d’individus avec chacun sa trajectoire unique.
5ième sculpture : Dans la cour du collège, Une multitude de petites empreintes s’inscrit en nuée sur la partie du mur élevée en garde-corps. Découpées dans le métal, certaines sont fixées sur le mur, d’autres s’en détachent comme un envol de papillons. A travers les autres sculptures du parcours, l’empreinte était considérée dans son acceptation collective, l’empreinte de l’humanité. Ici, on revient au singulier, mais un singulier pluriel. Les empreintes sont multiples et innombrables, parce que l’humanité est faite d’individus avec chacun sa trajectoire unique.
5ième sculpture : Dans la cour du collège, Une multitude de petites empreintes s’inscrit en nuée sur la partie du mur élevée en garde-corps. Découpées dans le métal, certaines sont fixées sur le mur, d’autres s’en détachent comme un envol de papillons. A travers les autres sculptures du parcours, l’empreinte était considérée dans son acceptation collective, l’empreinte de l’humanité. Ici, on revient au singulier, mais un singulier pluriel. Les empreintes sont multiples et innombrables, parce que l’humanité est faite d’individus avec chacun sa trajectoire unique.
5ième sculpture : Dans la cour du collège, Une multitude de petites empreintes s’inscrit en nuée sur la partie du mur élevée en garde-corps. Découpées dans le métal, certaines sont fixées sur le mur, d’autres s’en détachent comme un envol de papillons. A travers les autres sculptures du parcours, l’empreinte était considérée dans son acceptation collective, l’empreinte de l’humanité. Ici, on revient au singulier, mais un singulier pluriel. Les empreintes sont multiples et innombrables, parce que l’humanité est faite d’individus avec chacun sa trajectoire unique.

5ième sculpture : Dans la cour du collège, Une multitude de petites empreintes s’inscrit en nuée sur la partie du mur élevée en garde-corps. Découpées dans le métal, certaines sont fixées sur le mur, d’autres s’en détachent comme un envol de papillons. A travers les autres sculptures du parcours, l’empreinte était considérée dans son acceptation collective, l’empreinte de l’humanité. Ici, on revient au singulier, mais un singulier pluriel. Les empreintes sont multiples et innombrables, parce que l’humanité est faite d’individus avec chacun sa trajectoire unique.

Parmi les personnalités présentes : Eric Lespinasse, maire de St Cirgues en Montagne, Bernadette Roche et Jérôme Dalverny, conseillers départementaux du canton, Stéphanie Barbato, vice-présidente du conseil départemental en charge des collèges, des politiques éducatives et de l'enseignement supérieur, Raoul L’Herminier, conseiller départemental délégué au commerce, à l'artisanat et aux métiers d'art
Parmi les personnalités présentes : Eric Lespinasse, maire de St Cirgues en Montagne, Bernadette Roche et Jérôme Dalverny, conseillers départementaux du canton, Stéphanie Barbato, vice-présidente du conseil départemental en charge des collèges, des politiques éducatives et de l'enseignement supérieur, Raoul L’Herminier, conseiller départemental délégué au commerce, à l'artisanat et aux métiers d'art

Parmi les personnalités présentes : Eric Lespinasse, maire de St Cirgues en Montagne, Bernadette Roche et Jérôme Dalverny, conseillers départementaux du canton, Stéphanie Barbato, vice-présidente du conseil départemental en charge des collèges, des politiques éducatives et de l'enseignement supérieur, Raoul L’Herminier, conseiller départemental délégué au commerce, à l'artisanat et aux métiers d'art

Yzo dans la cour du collège, en compagnie d'Hervé Andritsos, principal du collège et d'Arzel Marcinkowski, responsable du pôle arts visuels au Département

Yzo dans la cour du collège, en compagnie d'Hervé Andritsos, principal du collège et d'Arzel Marcinkowski, responsable du pôle arts visuels au Département

Oeuvres collectives dans l'atrium
Oeuvres collectives dans l'atrium
Oeuvres collectives dans l'atrium
Oeuvres collectives dans l'atrium
Oeuvres collectives dans l'atrium
Oeuvres collectives dans l'atrium
Oeuvres collectives dans l'atrium

Oeuvres collectives dans l'atrium

Les participants à l'inauguration, René Souléliac, maire de Jaujac avait fait le déplacement, avec son épouse
Les participants à l'inauguration, René Souléliac, maire de Jaujac avait fait le déplacement, avec son épouse
Les participants à l'inauguration, René Souléliac, maire de Jaujac avait fait le déplacement, avec son épouse
Les participants à l'inauguration, René Souléliac, maire de Jaujac avait fait le déplacement, avec son épouse

Les participants à l'inauguration, René Souléliac, maire de Jaujac avait fait le déplacement, avec son épouse

Les enfants ont déjà adopté les sculptures d'Yzo
Les enfants ont déjà adopté les sculptures d'Yzo
Les enfants ont déjà adopté les sculptures d'Yzo

Les enfants ont déjà adopté les sculptures d'Yzo

Quelques vues de la cité scolaire
Quelques vues de la cité scolaire
Quelques vues de la cité scolaire
Quelques vues de la cité scolaire
Quelques vues de la cité scolaire

Quelques vues de la cité scolaire

Commenter cet article