Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Valérie Béal : une coiffeuse éco-citoyenne

Publié le par mairie de Jaujac

Depuis bien longtemps déjà, Valérie Béal se préoccupe des questions environnementales et des impacts négatifs des activités humaines sur la planète. Elle est actuellement très engagée dans la lutte contre la recherche et l’exploitation des gaz de schistes. Mais au début des années 2000, elle militait déjà pour la fermeture de l’incinérateur à ordures ménagères de Montpezat. Elle s’est ensuite intéressée aux problématiques de santé publique liées à son activité professionnelle dans son salon de coiffure. *A lire un article publié dans le Dauphiné Libéré le dimanche 10 février 2008*.

Devant la dangerosité des divers produits chimiques utilisés en coiffure, Valérie a fait le choix de travailler dans la mesure du possible avec des produits naturels, ne contenant aucune substance dangereuse pour la santé tels paraben, formaldéhyde, DEA, Sodium Laureth Sulfate (SLS), et autres parfums synthétiques. Malheureusement, elle n’est pas parvenue à éradiquer tout composé chimique de son salon, certains éléments de synthèse comme le propilèneglycol qui permet de fixer la couleur ou ceux utilisés pour les permanentes, n’étant pas remplaçables à ce jour.

Mais, Valérie avait fait le premier pas pour s’engager dans une démarche écologique, visant à préserver l’être humain, comme la planète. Une démarche personnelle qui correspondait parfaitement aux objectifs fixés par le label « Développement durable, mon coiffeur s’engage » initié par la profession de la Coiffure et porté par les Institutions de la Coiffure.

Le Label « Développement durable, mon coiffeur s’engage », atteste la démarche volontaire entreprise par un salon en faveur du développement durable et la prise en compte de sa responsabilité sociétale et environnementale (RSE). Acteur économique, éco-citoyen, le coiffeur affiche ainsi son engagement ; les consommateurs sont assurés de son implication.

La délivrance du label « Développement Durable, mon coiffeur s'engage » est soumise à la vérification d' un organisme certificateur indépendant. Le label prend en compte tous les aspects environnementaux et ceux relatifs au personnel pour un niveau optimal de qualité et de bonnes pratiques : consommation d'énergie et d'eau, choix des produits, qualité de l'air, gestion des déchets, santé, ergonomie, sécurité...

L’obtention de ce label serait pour Valérie la concrétisation et la reconnaissance officielle des efforts réalisés, en matière de développement durable, dans son salon de coiffure. Depuis deux ans, Valérie travaille donc à la labellisation du salon, en passant par les différentes étapes prévues : un état des lieux qui permet d’analyser les points forts et les points faibles du salon, et de se mettre en conformité avec les exigences du label, la réalisation d’un audit par un organisme de certification indépendant qui établit le rapport de conformité, puis l’envoi du dossier à une commission qui l’examine et attribue le label avec 1,2 ou 3 étoiles.

Beaucoup d’efforts qui aujourd’hui sont récompensés, le salon de coiffure de Valérie Béal a obtenu au mois de mai 2014, la marque « Développement Durable, mon coiffeur s'engage » avec le niveau 3, synonyme d’excellence. Ce label est un engagement à la fois sociétal et environnemental, Valérie s’est inscrite dans une démarche responsable qui revêt divers aspects.

Un salon labellisé :

• connaît les impacts de la profession sur l'environnement et la santé et respecte les règlementations en vigueur,

• intègre au mieux la prise en compte de l'environnement dans son activité, la santé des clients et des salariés de son salon,

• préserve les ressources en énergie et développe des actions d'économie en eau, chauffage, électricité,

• assure l'assainissement et l'amélioration de la qualité de l'air dans son salon,

• réduit son empreinte environnementale en privilégiant des achats de matériels et de produits éco-responsables,

• adopte les pratiques qui préservent la santé, la sécurité et le confort de travail de son équipe,

• informe sa clientèle, assure son bien-être.

Valérie Béal est désormais reconnue comme professionnelle de la coiffure, et éco-citoyenne, elle se trouve ainsi en adéquation avec ses engagements personnels, dans le cadre de son métier. Mais elle ne va pas pour autant s’endormir sur ses lauriers, des progrès sont toujours possibles en matière d’écocitoyenneté. Prochain challenge, supprimer le dernier aérosol encore présent dans son salon, la bombe de laque. Il lui faut donc trouver un fournisseur qui dispose de ce produit sous une autre forme, mais tout aussi efficace…

Valérie Béal dans son salon labellisé, à la déco très personnelle et très nature
Valérie Béal dans son salon labellisé, à la déco très personnelle et très natureValérie Béal dans son salon labellisé, à la déco très personnelle et très natureValérie Béal dans son salon labellisé, à la déco très personnelle et très nature

Valérie Béal dans son salon labellisé, à la déco très personnelle et très nature

Fauteuils à piston pour les monter et les baisser facilement

Fauteuils à piston pour les monter et les baisser facilement

Servantes à roulettes, éclairage à leds, plantes vertes dépolluantes...

Servantes à roulettes, éclairage à leds, plantes vertes dépolluantes...

Mousseur au robinet pour économiser l'eau, fauteuil massant pour le bien-être de la clienteMousseur au robinet pour économiser l'eau, fauteuil massant pour le bien-être de la cliente

Mousseur au robinet pour économiser l'eau, fauteuil massant pour le bien-être de la cliente

Espace détente pour la clientèle en attente

Espace détente pour la clientèle en attente

Le label avec ses 3 étoiles, apposé sur la porte d'entrée et en vitrine
Le label avec ses 3 étoiles, apposé sur la porte d'entrée et en vitrine
Le label avec ses 3 étoiles, apposé sur la porte d'entrée et en vitrine

Le label avec ses 3 étoiles, apposé sur la porte d'entrée et en vitrine

Une coiffeuse engagée depuis longtemps
Une coiffeuse engagée depuis longtemps

Une coiffeuse engagée depuis longtemps

Commenter cet article